Archives par mot-clé : traduction

Les notions de société civile. Usages et traductions

 

Journée d’étude internationale 29 novembre 2013

 CONTACT : Michèle Leclerc-Olive mleclerc@ehess.fr

 ARGUMENTAIRE

Au lendemain de la chute du mur de Berlin, Charles Taylor écrivait[1] que le concept de société civile ne pouvait pas être exporté sans précaution en dehors de l’espace culturel européen et occidental. Aujourd’hui, vingt ans plus tard, force est de constater que cette notion est traduite et utilisée dans un très grand nombre de pays, de sociétés et de langues. Continuer la lecture de Les notions de société civile. Usages et traductions

Les notions de société civile – PROGRAMME

PROGRAMME

29 novembre 2013

salle du Conseil A, R-1, bât. Le France, 190 avenue de France 75013 Paris

 

9h – 9h30 M. Leclerc-Olive (ARTESS – RIAE – IRIS ) Les enjeux d’une enquête

Première session  9h30 – 10h 45 Au sein des agences de coopération

Claire Visier (Marie Curie Fellow, Université de Bilgi, Istanbul)

« Société civile » : Généalogie d’une catégorie européenne Continuer la lecture de Les notions de société civile – PROGRAMME

ARTESS et la traduction

ARTESS et la traduction

Pour nous, la traduction est affaire de dialogue. Dialogue interrompu, souvent confidentiel, silencieux. Avant la publication : entre le traducteur et l’auteur, entre le traducteur et d’autres lecteurs du texte ou de l’œuvre dans la langue d’origine ; ensuite, après publication, entre le lecteur, l’auteur et le traducteur.

Il nous semble que ces dialogues souffrent de ne pouvoir être prolongés, repris, approfondis, partagés, une fois le livre publié. Autrefois cantonnés dans la sphère privée du traducteur puis dans celle de petits groupes de lecteurs – ces deux sphères étant en général étanches –, ces dialogues, souvent passionnants, peuvent aujourd’hui sortir de cet isolement imposé jadis par les conditions matérielles de publication, au point d’en avoir été « naturalisé ».

Les ressources numériques nous permettent aujourd’hui d’étendre ces réseaux d’amitié et de débat, de réunir les deux sphères. Nous avons tous à y gagner, tant pour la production des traductions (pour la traduction que vous avez lue ou que vous êtes en train de lire, ce dispositif est encore embryonnaire), que pour la communauté des lecteurs et le réseau d’amitiés qui se tissent autour d’un auteur ou d’un savant disparu. Et bien évidemment la « science », le « savoir », pourraient s’en trouver métamorphosés : d’avoir été confinés dans les alcôves académiques, ils gagneraient  peut-être à retrouver l’air libre et à être mis à l’épreuve des lecteurs.

Traduire des textes scientifiques écrits dans la langue courante, notamment les textes de sciences sociales, requiert l’articulation de deux compétences rarement réunies chez une seule personne : être bon  traducteur de la langue X vers la langue Y d’une part ET d’autre part, être familier du  domaine des sciences auquel appartient le texte.

Il n’est pas rare que des dilemmes doivent être tranchés sans que la décision prise emporte l’adhésion de tous (par exemple, il n’y a pas de traduction satisfaisante en anglais de la notion de collectivités territoriales, telles qu’elles fonctionnent en France) .

Il ne peut y avoir de traducteur omniscient, au fait des controverses conceptuelles de chaque domaine spécialisé. On pourrait espérer s’affilier un traducteur fidèle, formé aux spécificités disciplinaires, mais, dans le meilleur des cas, ce dispositif ne règlera que les cas où il existe un équivalent parfaitement satisfaisant dans la langue d’arrivée.

Cette compétence idéale ne dissout pas le problème lorsque la langue d’arrivée ne dispose pas de tels équivalents.

Il est peut-être plus raisonnable (et plus satisfaisant pour le traducteur, l’auteur du texte traduit et l’éditeur) d’adopter un principe de traduction collaborative,  « dialogique« , qui consiste à traduire à plusieurs, chacun étant chargé d’une vigilance particulière – a minima, une vigilance linguistique et une vigilance disciplinaire qui ne peuvent véritablement débattre entre elles que si elles sont incarnées par des personnes différentes.

Bien évidemment, pour ce faire, il faudrait multiplier les budgets déjà insuffisants, ce qui n’est guère envisageable. On peut aujourd’hui pallier à cette impécuniosité : selon nous, le travail du traducteur professionnel peut intégrer des temps d’échange avec un ou plusieurs spécialistes du domaine concerné. Il accepte, au moment qui convient, de les rencontrer dans le cadre d’un séminaire au cours duquel sont discutés les problèmes de traduction rencontrés (ce travail collectif remplace avantageusement le temps de correction a posteriori, souvent fastidieux, que nous pratiquons tous). Les travaux de ce séminaire (liste des textes complémentaires consultés pour éclairer la traduction, débat sur les traductions alternatives, enregistrement des discussions, etc.) sont mis à disposition du public intéressé sur un site ad hoc. Le travail de traduction peut ainsi quitter les coulisses de la science pour devenir une activité de recherche au plein sens du terme. Ce couplage édition papier/appareil de notes numérique, offre à la maison d’édition une position originale et centrale dans ce nouvel espace de publication en gestation, puisqu’il s’agit ici d’utiliser les ressources numériques pour valoriser les livres-papiers que les lecteurs n’ont visiblement pas envie d’abandonner.

L’élaboration des traductions est facilitée aujourd’hui par l’accès aux données numériques et l’usage de moteurs de recherche. Mais plus radicalement, il est possible d’envisager ainsi des transformations dans la conception même des traductions/publications en articulant d’un côté traduction professionnelle et la recherche scientifique, et de l’autre édition papier classique et édition numérique. Et faire ainsi en sorte de

Sortir la traduction des coulisses de la science et en faire un objet de débat

 

 

ENQUÊTE SUR UN AVENTURIER DE L’ESPRIT. Le véritable Alfred Russell Wallace, de Charles H. Smith

SMITH_Ch_EnqueteAventuirier_PLAT1_BDComme vous avez pu le découvrir à la lecture de l’ENQUÊTE SUR UN AVENTURIER DE L’ESPRIT. Le véritable Alfred Russel Wallace, de Charles H. Smith, traduit par Antoine Guillemain, qui vient d’être publié par les Editions de l’Evolution, ARTESS expérimente à l’occasion de la sortie de cet ouvrage un dispositif innovant et dynamique qui associe édition papier et publication en ligne.

De quoi s’agit-il ?

Ce blog veut permettre le dialogue entre les lecteurs, le traducteur, l’éditeur et les chercheurs. A cet effet, vous trouverez infra plusieurs volets : il vous suffira de cliquer sur le titre de ce volet pour accéder à ce que nous avons posté sous ce thème et les éventuelles réactions, commentaires, suggestions, etc. dont ces éléments auront déjà fait l’objet. Nous serons ravis d’y inclure votre propre contribution.

Pour l’heure il s’agit d’un simple onglet identifié par le thème de l’ouvrage, mais à l’avenir, lorsque d’autres traductions auront été réalisées  et éditées sous cette forme, c’est un blog autonome qui sera  ouvert.

Dans GLOSSAIRE, vous trouverez la liste des correspondances entre les termes anglais et français sur lesquelles le traducteur souhaite attirer l’attention.

Dans le volet BIBLIOGRAPHIES, vous trouverez la liste des sites et des ouvrages consultés, à partir desquels ces choix de traductions ont été tranchés. Dans ce cas précis, le site de Charles H. Smith l’auteur du texte original, doit être spécialement mentionné. Dans ce volet figurent également des ouvrages de l’environnement intellectuel de A. Wallace et de l’auteur, esquissant ainsi l’espace de débat dans lequel leurs écrits s’inscrivent.

Dans PROPOS DU TRADUCTEUR, vous trouverez les commentaires que le traducteur nous a adressés lorsque nous l’avons interrogé sur l’expérience qu’il a vécue.

Enfin, dans RESSOURCES DOCUMENTAIRES, vous trouverez des documents que nous avons  eu envie de mettre à votre disposition, notamment lorsque les problèmes de traduction concernaient des questions scientifiques débattues du vivant de Alfred Russel Wallace ou à d’autres époques.

Lorsqu’une référence se rapporte à une partie spécifique du texte, les pages de l’ouvrage sont indiquées.

Ces volets ne subsisteront pas forcément pour les ouvrages suivants, lorsque la traduction elle-même aura été produite dans le cadre d’un dialogue entre traducteurs, experts de l’auteur et experts de la discipline. Pour l’heure, nous vous invitons à participer à ce dialogue entre lecteurs, traducteur, éditeur et experts que nous tentons de créer en ouvrant cet espace consacré à l’ouvrage (non publié encore en anglais) de Charles H. Smith, ENQUÊTE SUR UN AVENTURIER DE L’ESPRIT. Le véritable Alfred Russel Wallace, traduit par Antoine Guillemain.

 

ARTESS et la traduction

Pour nous, la traduction est affaire de dialogue. Dialogue interrompu, souvent confidentiel, silencieux. Avant la publication : entre le traducteur et l’auteur, entre le traducteur et d’autres lecteurs du texte ou de l’œuvre dans la langue d’origine ; ensuite, après publication, entre le lecteur, l’auteur et le traducteur.

Il nous semble que ces dialogues souffrent de ne pouvoir être prolongés, repris, approfondis, partagés, une fois le livre publié. Autrefois cantonnés dans la sphère privée du traducteur puis dans celle de petits groupes de lecteurs – ces deux sphères étant en général étanches –, ces dialogues, souvent passionnants, peuvent aujourd’hui sortir de cet isolement imposé jadis par les conditions matérielles de publication, au point d’en avoir été « naturalisé ».

Les ressources numériques nous permettent aujourd’hui d’étendre ces réseaux d’amitié et de débat, de réunir les deux sphères. Nous avons tous à y gagner, tant pour la production des traductions (pour la traduction que vous avez lue ou que vous êtes en train de lire, ce dispositif est encore embryonnaire), que pour la communauté des lecteurs et le réseau d’amitiés qui se tissent autour d’un auteur ou d’un savant disparu. Et bien évidemment la « science », le « savoir », pourraient s’en trouver métamorphosés : d’avoir été confinés dans les alcôves académiques, ils gagneraient  peut-être à retrouver l’air libre et à être mis à l’épreuve des lecteurs.

Traduire des textes scientifiques écrits dans la langue courante, notamment les textes de sciences sociales, requiert l’articulation de deux compétences rarement réunies chez une seule personne : être bon  traducteur de la langue X vers la langue Y d’une part ET d’autre part, être familier du  domaine des sciences auquel appartient le texte.

Il n’est pas rare que des dilemmes doivent être tranchés sans que la décision prise emporte l’adhésion de tous (par exemple, il n’y a pas de traduction satisfaisante en anglais de la notion de collectivités territoriales, telles qu’elles fonctionnent en France) .

Il ne peut y avoir de traducteur omniscient, au fait des controverses conceptuelles de chaque domaine spécialisé. On pourrait espérer s’affilier un traducteur fidèle, formé aux spécificités disciplinaires, mais, dans le meilleur des cas, ce dispositif ne règlera que les cas où il existe un équivalent parfaitement satisfaisant dans la langue d’arrivée.

Cette compétence idéale ne dissout pas le problème lorsque la langue d’arrivée ne dispose pas de tels équivalents.

Il est peut-être plus raisonnable (et plus satisfaisant pour le traducteur, l’auteur du texte traduit et l’éditeur) d’adopter un principe de traduction collaborative,  « dialogique« , qui consiste à traduire à plusieurs, chacun étant chargé d’une vigilance particulière – a minima, une vigilance linguistique et une vigilance disciplinaire qui ne peuvent véritablement débattre entre elles que si elles sont incarnées par des personnes différentes.

Bien évidemment, pour ce faire, il faudrait multiplier les budgets déjà insuffisants, ce qui n’est guère envisageable. On peut aujourd’hui pallier à cette impécuniosité : selon nous, le travail du traducteur professionnel peut intégrer des temps d’échange avec un ou plusieurs spécialistes du domaine concerné. Il accepte, au moment qui convient, de les rencontrer dans le cadre d’un séminaire au cours duquel sont discutés les problèmes de traduction rencontrés (ce travail collectif remplace avantageusement le temps de correction a posteriori, souvent fastidieux, que nous pratiquons tous). Les travaux de ce séminaire (liste des textes complémentaires consultés pour éclairer la traduction, débat sur les traductions alternatives, enregistrement des discussions, etc.) sont mis à disposition du public intéressé sur un site ad hoc. Le travail de traduction peut ainsi quitter les coulisses de la science pour devenir une activité de recherche au plein sens du terme. Ce couplage édition papier/appareil de notes numérique, offre à la maison d’édition une position originale et centrale dans ce nouvel espace de publication en gestation, puisqu’il s’agit ici d’utiliser les ressources numériques pour valoriser les livres-papiers que les lecteurs n’ont visiblement pas envie d’abandonner.

 

L’élaboration des traductions est facilitée aujourd’hui par l’accès aux données numériques et l’usage de moteurs de recherche. Mais plus radicalement, il est possible d’envisager ainsi des transformations dans la conception même des traductions/publications en articulant d’un côté traduction professionnelle et la recherche scientifique, et de l’autre édition papier classique et édition numérique. Et faire ainsi en sorte de

Sortir la traduction des coulisses de la science et en faire un objet de débat

 

Traduction de Enquête sur un aventurier de l’esprit. Le véritable Alfred Russell Wallace – Bibliographies

Dans cette rubrique BIBLIOGRAPHIES, vous trouverez la liste des sites et des ouvrages consultés, à partir desquels ces choix de traductions ont été tranchés. Dans ce cas précis, le site de Charles Smith l’auteur du texte original, doit être spécialement mentionné. Dans cette rubrique figurent également des ouvrages de l’environnement intellectuel de A. Wallace et de l’auteur, esquissant ainsi l’espace de débat dans lequel leurs écrits s’inscrivent.

Dictionnaire du Darwinisme et de l’Evolution, Patrick TORT (dir.), PUF.

Sciences de la Terre et de l’Univers, Jean-Yves DANIEL (dir.), Vuibert.

et, bien sûr :

La Sélection naturelle, A.R. WALLACE, traduction L. de Candolle, Elibron Classics.

(texte intégral original disponible ici http://www.gutenberg.org/files/22428/22428-h/22428-h.htm)

Les sites Internet consultés sont bien trop nombreux pour être cités de manière exhaustive.

Cependant, je citerai, bien sûr, le site Internet de Charles Smith, où l’on retrouve tous les écrits de Wallace, abondamment consulté :

http://people.wku.edu/charles.smith/wallace/writings.htm

Voici par ailleurs la liste des sites que j’ai ajoutés à mes signets au cours de mes recherches, c’est-à-dire qu’ils m’ont paru apporter une réponse particulièrement satisfaisante à une interrogation suscitée par un problème de traduction :

Sites généraux sur l’évolution

http://www.cnrs.fr/cw/dossiers/dosevol/decouv/normal/normal.html

http://www.aboutdarwin.com/literature/Pre_Dar.html

http://abyss.uoregon.edu/~js/21st_century_science/lectures/lec09.html

(Glossaire) http://acces.ens-lyon.fr/biotic//evolut/parente/html/glossair.htm

Sur Robert Owen

http://www.laviedesidees.fr/Robert-Owen-pere-du-socialisme.html

Sur l’uniformitarisme

http://www.universalis.fr/encyclopedie/uniformitarisme/3-la-methode-uniformitariste/

Sur la paléontologie

http://svt.ac-montpellier.fr/spip/spip.php?article200

Sur la théorie des systèmes / Les processus de rétroaction

(Glossaire) http://pespmc1.vub.ac.be/ASC/INDEXASC.html#F
https://books.google.fr/books?id=kaWfXWehePoC&pg=PA228&lpg=PA228&dq=%22Magoroh+Maruyama%22&source=bl&ots=2FRvYhiGoN&sig=cRVCql5H23Rjd9CCol8vKRaS0ZI&hl=fr&sa=X&ei=dxwuUfL8NsyQswbPmoGgAQ&ved=0CFIQ6AEwCTgK#v=onepage&q=%22Magoroh%20Maruyama%22&f=false

http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/rfsoc_0035-2969_1970_hos_11_1_1603?_Prescripts_Search_tabs1=standard&

http://www.icra-edu.org/objects/francolearn/Penssyscon.pdf

http://gdlyon.pagesperso-orange.fr/070TheoSystem.pdf

http://basepub.dauphine.fr/bitstream/handle/123456789/4670/CR282.pdf

http://fr.wikipedia.org/wiki/Discussion:Homéostasie

Sur le spiritualisme

http://spirite.free.fr/lyon.htm

« Textes parallèles » consultés pour la traduction de certains termes spécifiques :


« Adaptive suites »

https://books.google.fr/books?id=NCpkrNG6xFkC&pg=PA36&lpg=PA36&dq=%22adaptive+suites%22&source=bl&ots=zYz3Iux8UT&sig=n_qtuSC87z-5kUk87LVHVqps8vw&hl=fr&sa=X&ei=DRPmUMi3GoyxhAfN74CQBQ&ved=0CDMQ6AEwAA#v=onepage&q=%22adaptive%20suites%22&f=false

« Species range » / « Aire de répartition des espèces »

http://www.tela-botanica.org/actu/article723.html

« Single variation »

http://www.nhm.ac.uk/nature-online/collections-at-the-museum/wallace-collection/item.jsp?itemID=146

http://tel.archives-ouvertes.fr/docs/00/32/58/93/PDF/These-V1.pdf

https://books.google.fr/books?id=efSxCl9NA50C&pg=PA99&lpg=PA99&dq=%22natural+selection%22+%22single+variations%22&source=bl&ots=1Sz1yYIHDp&sig=XaaYRqj3pvCuZtsPE_Mh1MdOUU8&hl=fr&sa=X&ei=2XgJUbmxN5Go0AXd_4HgDQ&ved=0CEYQ6AEwAzgK#v=onepage&q=%22natural%20selection%22%20%22single%20variations%22&f=false (traduction d’un ouvrage de J. Gayon !)

Caractère spécifique VS. caractère individuel

http://carnets2psycho.net/theorie/classique94.html

« Faunal realms » et « Wallace line »

https://books.google.fr/books?id=E3VPjwCcPmYC&pg=PA197&lpg=PA197&dq=faunal+realms+approach&source=bl&ots=jAdqTHBix8&sig=JkTkCrj76lQJCKhRan9o6XnBEL0&hl=fr&sa=X&ei=A88TUfOVK4jT0QWV_4D4BA&ved=0CFYQ6AEwBQ#v=onepage&q=faunal%20realms%20approach&f=false

« Bilan hydrique »

http://www.ecosociosystemes.fr/bilan_hydrique_hydrologique.html

Traduction de Traduction de Enquête sur un aventurier de l’esprit. Le véritable Alfred Russell Wallace – Glossaire

Voici la liste des correspondances entre les termes anglais et français sur lesquelles le traducteur souhaite attirer l’attention.

change / progress / evolution : tension entre « changement », « progrès », « progression », « évolution », voire « révolution » (géologique)

design : sens plus ou moins restreint, « dessein » ou « design » rarement satisfaisant, souvent traduit par « principe », « projet ». A. Bejan, cité par Charles Smith, l’utilise également dans un sens pour le moins différent, traduction par « configuration », « architecture » (des formes de la nature).

biological / organic : « biologique » et « organique » rarement satisfaisants. « Du vivant », « organique », « du monde vivant / organique » ou omission souvent préférés. Parfois référence encore plus spécifique : « morphologique », « phénotypique »…

characteristic : tension entre « caractères » et « caractéristiques ».

systematic (adjectif) : « taxonomique » parfois préféré à « systématique ».

record : rock record / geological record è registre géologique ; geological-geographical record è archives paléontologiques et paléogéographiques

« couches stratigraphiques » employé pour traduire diverses locutions : « strata », « (geological) series of rocks », « geological units ».

adaptive suite série de caractères adaptatifs
Bauplanthe Bauplan-like geographical and cosmological views of Humboldt plan d’organisationla vision globale et organisée de la géographie et du cosmos que défend Humboldt
faunal realm/kingdom/empires régions faunistiques
incipient character caractère naissant/embryonnaire / embryon de caractère
range aire de répartition
single variation variation « anormale » / « atypique » / « monstrueuse »
final causefinal causesfirst cause(s)remote causeefficient cause

ultimate cause

proximate causecause finalecauses finales / finalismecause(s) première(s)cause éloignéecause efficiente

cause distale / éloignée / « suprême »

cause proximale(positive/negative) feedbackrétroaction/feedback positive/f / négative/fsuccession of species in timesuccession of fossil remains throughout the whole geological series of rockssuccession chronologique des espècessuccession des fossiles dans les séries stratigraphiques

 

Tableau Excel récapitulatif : Terminology Wallace2

Traduction de Enquête sur un aventurier de l’esprit. Le véritable Alfred Russell Wallace – Ressources documentaires

Note attachée aux pages 240-241.

La surface mathématique qui représente le mieux la Terre est un ellipsoïde. Dès le XVIIème siècle de nombreux travaux ont montré que cette surface est beaucoup plus proche de la réalité que la sphère. Mais, rigoureusement, cette représentation n’est valable que si on traite l’altitude d’un point séparément de ses autres dimensions ; un point de l’espace est alors référencé par ses coordonnées géographiques (longitude, latitude et hauteur) et son altitude. Néanmoins, les calculs relatifs aux coordonnées géographiques restent encore assez complexes. On utilise en fait le plus souvent un ellipsoïde de révolution.

 Latitude_Image

Une coupe de la Terre, ainsi schématisée, a alors la forme d’une ellipse. La longueur d’un degré de latitude varie avec la latitude. Ainsi, pour un ellipsoïde aplati aux pôles (cas de la figure), la longueur du degré diminue des pôles vers l’équateur. Pour un tel ellipsoïde, la sphère tangente au pôle possède un plus grand rayon (r = r1) que la sphère tangente à l’équateur (r = r2). Par conséquent, un angle α sous-tend un arc de méridien ℓ = α r plus grand au pôle qu’à l’équateur : ℓ1 > ℓ2.

L’astronome français, Jacques Cassini (1677 –1756) prend position au début du XVIIIème siècle contre cet « aplatissement »  de la Terre aux pôles en soutenant, à partir de ses mesures et calculs, que ℓ1 < ℓ2, et ce, en contradiction avec les travaux théoriques de Huyghens et de Newton, qui démontraient au contraire que la Terre, du fait de sa rotation, devait être un ellipsoïde aplati aux pôles, et non pas allongé. Cette thèse de Cassini fut le point de départ d’une controverse scientifique qui allait durer quinze ans. Le débat fut finalement tranché en 1737 (expédition en Laponie que dirige Maupertuis) par l’expérience en faveur d’un sphéroïde, c’est-à-dire d’un ellipsoïde de révolution aplati aux pôles.

Traduire Temps et récit de Paul Ricœur

Les communications présentées lors de la journée d’étude, Temps et Récit de Paul Ricœur au miroir de ses traductions, qui s’est tenue le 25 juin 2012, vont être rassemblées dans un ouvrage à paraître prochainement.

L’ouvrage comporte deux parties. La première aborde les théories de la traduction, et notamment les thèses de Paul Ricœur lui-même. La seconde est centrée sur les traductions de Temps et Récit, et plus spécialement sur les traductions du chapitre consacré à la Poétique d’Aristote, qui constituèrent l’objet même de la journée d’étude.

Temps et Récit de Paul Ricœur au miroir de ses traductions

Journée d’étude organisée en partenariat avec le Fonds Ricoeur, Faculté de théologie protestante, le 25 juin 2012

L’œuvre de Paul Ricœur a été traduite dans de nombreuses langues. Il nous a semblé intéressant de rassembler quelques traductions et de leur confier le soin de nous dire l’immense richesse de cette œuvre.  Nous voudrions entendre ce que les potentialités des langues de traduction nous révèlent  d’un texte, dont certains trésors peuvent être discrètement gardés sous l’épaisseur de la familiarité de la langue partagée.

L’exercice exploratoire que nous proposons, rapidement ébauché déjà dans le cadre du séminaire d’ARTESS pour quelques langues européennes, se limitera à l’étude d’un chapitre de Temps et Récit : le chapitre 2 du tome I.

A – Le choix de ce texte n’est cependant ni le résultat d’un choix au hasard, au titre d’un premier exercice ou d’une représentativité. Ce chapitre est déjà lui-même un texte plurilingue. Il s’articule en effet autour d’une présentation de La Poétique d’Aristote et P. Ricœur emprunte à plusieurs traductions dont il commente les écarts, afin d’en dégager l’armature du texte aristotélicien qu’il retiendra. Il convient de noter que le tome I de Temps et Récit  a été écrit peu de temps après la publication d’une nouvelle traduction de La Poétique en français par Roselyne Dupont-Roc et Jean Lallot (1980) et la réflexion de P. Ricœur est traversée par les argumentations qui ont conduit aux choix terminologiques de cette nouvelle édition.

Quelles sont les traces de cet événement – la retraduction de La Poétique – dans les traductions de Temps et Récit ? En quoi et comment la (ou les) traduction de La Poétique déjà disponible dans la langue d’arrivée, a affecté la traduction et la réception de la réflexion de Ricœur sur les changements introduits par Dupont-Roc et Lallot ?

Comment les traducteurs ont-ils travaillé ? Le lecteur français peut facilement consulter cette traduction, la comparer avec d’autres également disponibles, et ainsi percevoir le travail de la pensée de Paul Ricœur, la circulation entre des termes voisins mais non identiques (imitation et représentation, par exemple). Transmettre cette réflexion doit sans doute tenir compte des choix de traduction de La Poétique disponibles dans l’espace éditorial de la langue d’arrivée. Quel est le corpus disponible que le lecteur de P. Ricœur est supposé connaître ? En espagnol,  par exemple, muthos peut-être traduit par fabula dans la traduction de La Poétique, mais il est traduit par trama dans celle de Temps et Récit. Mais on trouve également intrigue, mythe, histoire… Quels sont les effets de ces écarts sur la réception de Temps et Récit  ?

 

B – Par ailleurs, en-deçà des concepts thématiques sur lesquels se concentre la pensée de l’auteur (mimésis et muthos principalement), un réseau de concepts de second rang relevant du champ de l’incertitude et du temps est utilisé pour les expliciter : persuasif, vraisemblance, fait, récit, dénouement, épisode, agencement, probabilité, etc. soutiennent le raisonnement de P. Ricœur et préparent la lecture du reste de l’ouvrage.

Comment ces concepts opératoires ont-ils été traduits ? Les ressources et les usages de chaque langue sont différents, les choix du traducteur contraints par celle-ci. En allemand, anglais et français, les usages des notions de probabilité et de vraisemblance par exemple, ne semblent pas identiques (probable se dit wahrscheinlich en allemand, tout comme vraisemblable). La compréhension des enjeux de la nouvelle traduction de La Poétique (et partant de la réflexion de P. Ricœur) s’en trouve-t-elle affectée ? Que fait-on, en anglais, en arabe, en allemand et en espagnol du terme « persuasif » qui remplace « croyable » dans les premières traductions d’Aristote en français ?

Peut-on considérer que la nouvelle traduction de La Poétique par Dupont-Roc et Lallot, tout en jouant un rôle central dans l’exposé de la problématique de P. Ricœur, a en même temps parfois rendu plus obscures les traductions  de Temps et Récit ? Comment la « traçabilité » des concepts s’en trouve altérée voire suspendue ? Il nous semble que la mise au jour de ces opacités et de ces différences d’une traduction à l’autre, pourrait apporter un éclairage original au texte de Paul Ricœur.

Par ailleurs, à rapporter ainsi le texte de Ricœur presque exclusivement à La Poétique et aux variations thématiques suggérées par cette nouvelle traduction, il se peut que l’on manque  d’autres sources aristotéliciennes dont la convocation permettrait peut-être de soustraire les traductions de Temps et Récit à  cet écueil.

 

C – Faisant fond sur ces analyses comparatives, au plus près de la lettre des traductions du corpus, on pourra se demander comment les choix des traducteurs et les contraintes de la langue d’arrivée ont contribué à faire émerger des significations du texte ricœurien jusque là enfouies sous l’évidence de la langue. Comment ces choix ont-ils, à leur tour, orienté la réception de l’œuvre dans le champ intellectuel où elle s’est ainsi introduite ?

Cette journée d’étude présente un caractère relativement expérimental, en ce que nous avons choisi de travailler sur plusieurs traductions en même temps. Il nous semble que cet examen comparatif (contrastif ?), non seulement avec l’original, mais aussi et surtout entre elles, est de nature à faire émerger des potentialités du texte ricœurien, voire même peut-être de renouveler les questions qui sont adressées tant à La Poétique qu’à Temps et Récit. Nous tenterons, dans un mouvement réflexif sur ce qui aura été entrepris, d’examiner si cet exercice met au jour des exigences inaperçues pour toute traduction soucieuse de « traçabilité », et s’il conduit à reprendre à nouveaux frais les proximités et différences entre une lecture herméneutique et une lecture « en vue » d’une traduction.

 

Cette rencontre, à l’image de l’intrication des textes et des langues déjà présente dans le texte de P. Ricœur, est conçue comme un moment de travail partagé, et non comme un colloque où se juxtaposeraient des communications abouties et closes sur elles-mêmes.

Le lecteur inscrit dans le texte de Ricœur est un lecteur qui est invité à circuler entre les œuvres convoquées et leurs différentes traductions (de là notre attention à la traçabilité des concepts) dont la diversité est avant tout accueillie comme une ressource pour la pensée avant d’être un indice d’erreur à corriger.

Programme de la journée

Contacts : Catherine Goldenstein (comed.pr@club-internet.fr) et Michèle Leclerc (mleclerc@ehess.fr)

Les Cahiers d’ARTESS

Les activités d’ARTESS, dont les Cahiers sont l’expression, sont de plusieurs ordres :
a) traduire des textes de sciences sociales (des textes qui nous semblent essentiels au débat scientifique et qui mettent en lumière les enjeux de la traduction),
b) proposer des analyses de ce qui nous apparaît constituer les questions majeures, voire les apories, que doit affronter le traducteur en sciences sociales,
c) contribuer à une approche praxéologique de la traduction.
La traduction en sciences sociales est interrogée « de l’intérieur » à partir d’une longue pratique de la traduction qui constitue le cœur de l’activité de l’atelier et « sur ses confins » en la confrontant notamment à la traduction littéraire et à la communication scientifique.

I – Traduire les sciences sociales

Les textes de sciences sociales ne sont ni langage formel, ni littérature.
D’un côté, dans les sciences de la nature et dans les disciplines formelles, la traduction des concepts définis de manière monosémique est réputée ne poser aucun problème ; de l’autre un écrit littéraire embraye sur un texte littéraire : s’y croisent style de l’auteur et style du traducteur. Les sciences humaines et sociales sont à la fois ancrées dans le langage commun de leur époque et de leur univers culturel, mais elles ont aussi la prétention d’utiliser et de créer des quasi-concepts (« quasi » en ce qu’ils n’ont pas de définition univoque, ni stable dans le temps, ni transversale aux divers espaces culturels ; ce sont des concepts « locaux »). Leur traduction n’a donc ni la liberté partielle de la traduction littéraire ni le caractère presque mécanique qui peut s’appuyer sur l’établissement d’un glossaire dans les sciences de la nature et les disciplines formelles.
Les concepts thématiques d’un auteur valent autant pour leur contenu que pour leurs écarts marqués par rapport aux usages antérieurs et aux notions voisines : ils investissent un espace de débat dont le contexte peut être inféré à partir des concepts opératoires et de la langue courante, de l’époque et du lieu. Traduire un concept thématique s’opère au cœur d’un dépaysement complexe produit par un triple déplacement :
– du parcours sémantique du concept « source » au parcours sémantique de son « tenant-lieu » dans la langue « cible »,
– du contexte de débat de ce concept « source » à celui de son « tenant-lieu »,
– d’une langue courante à une autre.
.
Ce triple dépaysement rend la possibilité d’une simple équivalence biunivoque entre deux concepts hautement improbable : traduire consisterait au fond à opérer un arbitrage où les réductions des écarts peuvent se contrarier. Les choix du traducteur forcent des rapprochements inédits, rompent des affinités établies ou tissent de nouveaux liens. Surtout :
La traduction porte une responsabilité épistémologique et scientifique qui interdit de confiner cette activité dans les arrières boutiques de la science

II – L’atelier : la traduction comme délibération

Notre réponse pragmatique aux problèmes spécifiques posés par la traduction en sciences sociales consiste à traduire « à deux » voix (voire à plusieurs) : chaque traducteur étant investi d’un rôle et d’une responsabilité particulière, attachés à ses compétences spécifiques. Notre méthodologie consiste à soumettre les textes à une approche d’un spécialiste de la langue et d’un spécialiste de la discipline ou des disciplines sur lesquelles portent les textes. Il s’agit ainsi d’une traduction « dialogique » où la version proposée exige la convergence de ces deux vigilances, linguistique et scientifique.
Par ailleurs, cette pratique de traduction « pluricéphale » peut s’appuyer aujourd’hui sur un vaste ensemble de ressources numériques et d’outils de recherche qui permettent d’enrichir notre connaissance de l’espace de débat dans lequel le texte à traduire s’inscrit.

III – Programme de recherche : pour une praxéologie de la traduction

A – La traduction en Sciences sociales dans son contexte

Il est des périodes de traduction intense (on peut penser à celles inaugurées par la Révolution française ou par la perestroïka en Russie). Mais il convient de s’interroger : Qui décide de traduire quoi ? Comment les débats scientifiques d’un contexte national pèsent sur ces décisions ? Les stratégies éditoriales, qui s’expriment notamment par la détermination des titres et la configuration de recueils de textes, voire les politiques culturelles internationales des États, renforcent ou contrecarrent les projets proprement scientifiques, par les effets de sens que ces décisions induisent. On cherche ainsi à retracer les parcours internationaux d’auteurs, d’œuvres ou de thèmes pour en analyser la réception, en fonction des choix de textes portés à la traduction et des politiques éditoriales.

Des termes comme « nation » ou « société civile » justifient une telle enquête. Un colloque international en 2012 rassemblera ainsi des recherches portant sur les usages et traductions de la notion de société civile en dehors du monde occidental.

B – Que fait le traducteur ? La traduction à l’épreuve de ses confins.

Le champ de la traduction semble aujourd’hui se diluer doublement. Une première fois au niveau de son objet : la traduction, loin d’établir des correspondances univoques, des connections entre des éléments de deux systèmes linguistiques pensés comme des totalités stables, infiltre les langues, crée des concepts inédits, participe aux variations du « rhizome des imaginaires ». Une seconde fois au niveau de son modus operandi : « tout acte de langage est une traduction », écrit G. Steiner. Ces points de vue concernent avant tout la traduction que nous avons appelée « littéraire ». Mais ils trouvent un écho au sein des sciences sociales, notamment dans certains courants de sociologie des sciences où la « traduction » a acquis le statut d’opération fondamentale de l’activité scientifique.
Une enquête portant sur les opérations propres aux sciences sociales doit permettre de mettre à l’épreuve ces thèses qui portent pour l’essentiel sur les sciences de la nature. La sociologie, par exemple, recourt à des témoignages oraux qu’elle entreprend ensuite de fixer dans des matériaux écrits par divers procédés. À quels titres peut-on (ou non) considérer ces opérations comme des « traductions » ?
Plus généralement, quel peut être l’apport spécifique d’une telle analyse réflexive de la traduction en sciences sociales à une philosophie de la traduction? C’est en mettant en tension le « traduire » avec d’autres verbes comme « comprendre », « transmettre », « interpréter » ou « communiquer », à partir de leurs modes opératoires, que l’on peut espérer apporter des éléments de réponse à cette double dilution épistémologique.

Plus largement, il convient de plonger la question de la traduction, dans l’ensemble plus vaste des questions qui portent sur la « communication scientifique ».
L’expression « communication scientifique » est ambiguë : elle désigne notamment la communication des scientifiques entre eux, que la communication de leurs travaux à ceux qu’ils peuvent concerner directement (les utilisateurs), ou indirectement (le grand public). Ces différents aspects sont le plus souvent traités séparément, prenant légitimement en compte le rôle des destinataires dans la formation d’un message. Néanmoins nos recherches se donnent comme objectif de contribuer à la réflexion sur ces divers axes à partir d’un questionnaire commun : comment procède-t-on pour réduire, l’écart, la distance entre des expériences séparées par :
le temps (restituer la manière de voir avant une découverte ou une invention devenues sens commun),
le niveau de connaissance d’un système symbolique (vulgarisation),
le cloisonnement entre les disciplines propres à notre époque (notamment entre les sciences de la nature et les sciences humaines, entre langues naturelles et systèmes formels),
la pluralité des langues naturelles (toutes les questions liées aux pratiques de traduction).