A. Subhani. Quid de la finance islamique ?

Dr Azzemuddin Subhani est sharia scholar, praticien, et professeur de finance islamique. Il est titulaire d’un MBA de comptabilité conventionnelle (IBA de Karachi), d’un autre MBA et d’un cursus doctoral en finance conventionnelle (université de Californie Sud), et un MA et un PhD en droit islamique et en finance islamique (Institut d’Etudes islamiques de l’université Mc Gill). Sa thèse PhD sur la loi divine du riba et du bay’ est considérée comme un travail séminal en droit islamique en ce qu’elle propose une interprétation pionnière de l’injonction divine.

Dr Azzemuddin Subhani est actuellement professeur de Finance islamique et directeur du Département Finance de l’Université des Sciences et des Techniques de l’Université d’Ajman (Emirats Arabes Unis).

Le texte dont nous proposons ici la traduction réalisée par Michèle Leclerc-Olive, a été publié dans la revue New Horizon, n° 178 (janvier-mars 2011) de l’Institute of Inslamic Banking and Insurance. http://www.islamic-banking.com/resources/7/NewHorizon%20Previouse%20Issues/NewHorizon_Issue178.pdf Continuer la lecture de « A. Subhani. Quid de la finance islamique ? »

Temps et Récit de Paul Ricœur au miroir de ses traductions

Journée d’étude organisée en partenariat avec le Fonds Ricoeur, Faculté de théologie protestante, le 25 juin 2012

L’œuvre de Paul Ricœur a été traduite dans de nombreuses langues. Il nous a semblé intéressant de rassembler quelques traductions et de leur confier le soin de nous dire l’immense richesse de cette œuvre.  Nous voudrions entendre ce que les potentialités des langues de traduction nous révèlent  d’un texte, dont certains trésors peuvent être discrètement gardés sous l’épaisseur de la familiarité de la langue partagée.

L’exercice exploratoire que nous proposons, rapidement ébauché déjà dans le cadre du séminaire d’ARTESS pour quelques langues européennes, se limitera à l’étude d’un chapitre de Temps et Récit : le chapitre 2 du tome I. Continuer la lecture de « Temps et Récit de Paul Ricœur au miroir de ses traductions »