Les notions de société civile. Usages et traductions

 

Journée d’étude internationale 29 novembre 2013

 CONTACT : Michèle Leclerc-Olive mleclerc@ehess.fr

 ARGUMENTAIRE

Au lendemain de la chute du mur de Berlin, Charles Taylor écrivait[1] que le concept de société civile ne pouvait pas être exporté sans précaution en dehors de l’espace culturel européen et occidental. Aujourd’hui, vingt ans plus tard, force est de constater que cette notion est traduite et utilisée dans un très grand nombre de pays, de sociétés et de langues. Continuer la lecture de Les notions de société civile. Usages et traductions

Les notions de société civile – PROGRAMME

PROGRAMME

29 novembre 2013

salle du Conseil A, R-1, bât. Le France, 190 avenue de France 75013 Paris

 

9h – 9h30 M. Leclerc-Olive (ARTESS – RIAE – IRIS ) Les enjeux d’une enquête

Première session  9h30 – 10h 45 Au sein des agences de coopération

Claire Visier (Marie Curie Fellow, Université de Bilgi, Istanbul)

« Société civile » : Généalogie d’une catégorie européenne Continuer la lecture de Les notions de société civile – PROGRAMME

ARTESS et la traduction

ARTESS et la traduction

Pour nous, la traduction est affaire de dialogue. Dialogue interrompu, souvent confidentiel, silencieux. Avant la publication : entre le traducteur et l’auteur, entre le traducteur et d’autres lecteurs du texte ou de l’œuvre dans la langue d’origine ; ensuite, après publication, entre le lecteur, l’auteur et le traducteur.

Il nous semble que ces dialogues souffrent de ne pouvoir être prolongés, repris, approfondis, partagés, une fois le livre publié. Autrefois cantonnés dans la sphère privée du traducteur puis dans celle de petits groupes de lecteurs – ces deux sphères étant en général étanches –, ces dialogues, souvent passionnants, peuvent aujourd’hui sortir de cet isolement imposé jadis par les conditions matérielles de publication, au point d’en avoir été « naturalisé ».

Les ressources numériques nous permettent aujourd’hui d’étendre ces réseaux d’amitié et de débat, de réunir les deux sphères. Nous avons tous à y gagner, tant pour la production des traductions (pour la traduction que vous avez lue ou que vous êtes en train de lire, ce dispositif est encore embryonnaire), que pour la communauté des lecteurs et le réseau d’amitiés qui se tissent autour d’un auteur ou d’un savant disparu. Et bien évidemment la « science », le « savoir », pourraient s’en trouver métamorphosés : d’avoir été confinés dans les alcôves académiques, ils gagneraient  peut-être à retrouver l’air libre et à être mis à l’épreuve des lecteurs.

Traduire des textes scientifiques écrits dans la langue courante, notamment les textes de sciences sociales, requiert l’articulation de deux compétences rarement réunies chez une seule personne : être bon  traducteur de la langue X vers la langue Y d’une part ET d’autre part, être familier du  domaine des sciences auquel appartient le texte.

Il n’est pas rare que des dilemmes doivent être tranchés sans que la décision prise emporte l’adhésion de tous (par exemple, il n’y a pas de traduction satisfaisante en anglais de la notion de collectivités territoriales, telles qu’elles fonctionnent en France) .

Il ne peut y avoir de traducteur omniscient, au fait des controverses conceptuelles de chaque domaine spécialisé. On pourrait espérer s’affilier un traducteur fidèle, formé aux spécificités disciplinaires, mais, dans le meilleur des cas, ce dispositif ne règlera que les cas où il existe un équivalent parfaitement satisfaisant dans la langue d’arrivée.

Cette compétence idéale ne dissout pas le problème lorsque la langue d’arrivée ne dispose pas de tels équivalents.

Il est peut-être plus raisonnable (et plus satisfaisant pour le traducteur, l’auteur du texte traduit et l’éditeur) d’adopter un principe de traduction collaborative,  « dialogique« , qui consiste à traduire à plusieurs, chacun étant chargé d’une vigilance particulière – a minima, une vigilance linguistique et une vigilance disciplinaire qui ne peuvent véritablement débattre entre elles que si elles sont incarnées par des personnes différentes.

Bien évidemment, pour ce faire, il faudrait multiplier les budgets déjà insuffisants, ce qui n’est guère envisageable. On peut aujourd’hui pallier à cette impécuniosité : selon nous, le travail du traducteur professionnel peut intégrer des temps d’échange avec un ou plusieurs spécialistes du domaine concerné. Il accepte, au moment qui convient, de les rencontrer dans le cadre d’un séminaire au cours duquel sont discutés les problèmes de traduction rencontrés (ce travail collectif remplace avantageusement le temps de correction a posteriori, souvent fastidieux, que nous pratiquons tous). Les travaux de ce séminaire (liste des textes complémentaires consultés pour éclairer la traduction, débat sur les traductions alternatives, enregistrement des discussions, etc.) sont mis à disposition du public intéressé sur un site ad hoc. Le travail de traduction peut ainsi quitter les coulisses de la science pour devenir une activité de recherche au plein sens du terme. Ce couplage édition papier/appareil de notes numérique, offre à la maison d’édition une position originale et centrale dans ce nouvel espace de publication en gestation, puisqu’il s’agit ici d’utiliser les ressources numériques pour valoriser les livres-papiers que les lecteurs n’ont visiblement pas envie d’abandonner.

L’élaboration des traductions est facilitée aujourd’hui par l’accès aux données numériques et l’usage de moteurs de recherche. Mais plus radicalement, il est possible d’envisager ainsi des transformations dans la conception même des traductions/publications en articulant d’un côté traduction professionnelle et la recherche scientifique, et de l’autre édition papier classique et édition numérique. Et faire ainsi en sorte de

Sortir la traduction des coulisses de la science et en faire un objet de débat

 

 

ENQUÊTE SUR UN AVENTURIER DE L’ESPRIT. Le véritable Alfred Russell Wallace, de Charles H. Smith

SMITH_Ch_EnqueteAventuirier_PLAT1_BDComme vous avez pu le découvrir à la lecture de l’ENQUÊTE SUR UN AVENTURIER DE L’ESPRIT. Le véritable Alfred Russel Wallace, de Charles H. Smith, traduit par Antoine Guillemain, qui vient d’être publié par les Editions de l’Evolution, ARTESS expérimente à l’occasion de la sortie de cet ouvrage un dispositif innovant et dynamique qui associe édition papier et publication en ligne.

De quoi s’agit-il ?

Ce blog veut permettre le dialogue entre les lecteurs, le traducteur, l’éditeur et les chercheurs. A cet effet, vous trouverez infra plusieurs volets : il vous suffira de cliquer sur le titre de ce volet pour accéder à ce que nous avons posté sous ce thème et les éventuelles réactions, commentaires, suggestions, etc. dont ces éléments auront déjà fait l’objet. Nous serons ravis d’y inclure votre propre contribution.

Pour l’heure il s’agit d’un simple onglet identifié par le thème de l’ouvrage, mais à l’avenir, lorsque d’autres traductions auront été réalisées  et éditées sous cette forme, c’est un blog autonome qui sera  ouvert.

Dans GLOSSAIRE, vous trouverez la liste des correspondances entre les termes anglais et français sur lesquelles le traducteur souhaite attirer l’attention.

Dans le volet BIBLIOGRAPHIES, vous trouverez la liste des sites et des ouvrages consultés, à partir desquels ces choix de traductions ont été tranchés. Dans ce cas précis, le site de Charles H. Smith l’auteur du texte original, doit être spécialement mentionné. Dans ce volet figurent également des ouvrages de l’environnement intellectuel de A. Wallace et de l’auteur, esquissant ainsi l’espace de débat dans lequel leurs écrits s’inscrivent.

Dans PROPOS DU TRADUCTEUR, vous trouverez les commentaires que le traducteur nous a adressés lorsque nous l’avons interrogé sur l’expérience qu’il a vécue.

Enfin, dans RESSOURCES DOCUMENTAIRES, vous trouverez des documents que nous avons  eu envie de mettre à votre disposition, notamment lorsque les problèmes de traduction concernaient des questions scientifiques débattues du vivant de Alfred Russel Wallace ou à d’autres époques.

Lorsqu’une référence se rapporte à une partie spécifique du texte, les pages de l’ouvrage sont indiquées.

Ces volets ne subsisteront pas forcément pour les ouvrages suivants, lorsque la traduction elle-même aura été produite dans le cadre d’un dialogue entre traducteurs, experts de l’auteur et experts de la discipline. Pour l’heure, nous vous invitons à participer à ce dialogue entre lecteurs, traducteur, éditeur et experts que nous tentons de créer en ouvrant cet espace consacré à l’ouvrage (non publié encore en anglais) de Charles H. Smith, ENQUÊTE SUR UN AVENTURIER DE L’ESPRIT. Le véritable Alfred Russel Wallace, traduit par Antoine Guillemain.

 

ARTESS et la traduction

Pour nous, la traduction est affaire de dialogue. Dialogue interrompu, souvent confidentiel, silencieux. Avant la publication : entre le traducteur et l’auteur, entre le traducteur et d’autres lecteurs du texte ou de l’œuvre dans la langue d’origine ; ensuite, après publication, entre le lecteur, l’auteur et le traducteur.

Il nous semble que ces dialogues souffrent de ne pouvoir être prolongés, repris, approfondis, partagés, une fois le livre publié. Autrefois cantonnés dans la sphère privée du traducteur puis dans celle de petits groupes de lecteurs – ces deux sphères étant en général étanches –, ces dialogues, souvent passionnants, peuvent aujourd’hui sortir de cet isolement imposé jadis par les conditions matérielles de publication, au point d’en avoir été « naturalisé ».

Les ressources numériques nous permettent aujourd’hui d’étendre ces réseaux d’amitié et de débat, de réunir les deux sphères. Nous avons tous à y gagner, tant pour la production des traductions (pour la traduction que vous avez lue ou que vous êtes en train de lire, ce dispositif est encore embryonnaire), que pour la communauté des lecteurs et le réseau d’amitiés qui se tissent autour d’un auteur ou d’un savant disparu. Et bien évidemment la « science », le « savoir », pourraient s’en trouver métamorphosés : d’avoir été confinés dans les alcôves académiques, ils gagneraient  peut-être à retrouver l’air libre et à être mis à l’épreuve des lecteurs.

Traduire des textes scientifiques écrits dans la langue courante, notamment les textes de sciences sociales, requiert l’articulation de deux compétences rarement réunies chez une seule personne : être bon  traducteur de la langue X vers la langue Y d’une part ET d’autre part, être familier du  domaine des sciences auquel appartient le texte.

Il n’est pas rare que des dilemmes doivent être tranchés sans que la décision prise emporte l’adhésion de tous (par exemple, il n’y a pas de traduction satisfaisante en anglais de la notion de collectivités territoriales, telles qu’elles fonctionnent en France) .

Il ne peut y avoir de traducteur omniscient, au fait des controverses conceptuelles de chaque domaine spécialisé. On pourrait espérer s’affilier un traducteur fidèle, formé aux spécificités disciplinaires, mais, dans le meilleur des cas, ce dispositif ne règlera que les cas où il existe un équivalent parfaitement satisfaisant dans la langue d’arrivée.

Cette compétence idéale ne dissout pas le problème lorsque la langue d’arrivée ne dispose pas de tels équivalents.

Il est peut-être plus raisonnable (et plus satisfaisant pour le traducteur, l’auteur du texte traduit et l’éditeur) d’adopter un principe de traduction collaborative,  « dialogique« , qui consiste à traduire à plusieurs, chacun étant chargé d’une vigilance particulière – a minima, une vigilance linguistique et une vigilance disciplinaire qui ne peuvent véritablement débattre entre elles que si elles sont incarnées par des personnes différentes.

Bien évidemment, pour ce faire, il faudrait multiplier les budgets déjà insuffisants, ce qui n’est guère envisageable. On peut aujourd’hui pallier à cette impécuniosité : selon nous, le travail du traducteur professionnel peut intégrer des temps d’échange avec un ou plusieurs spécialistes du domaine concerné. Il accepte, au moment qui convient, de les rencontrer dans le cadre d’un séminaire au cours duquel sont discutés les problèmes de traduction rencontrés (ce travail collectif remplace avantageusement le temps de correction a posteriori, souvent fastidieux, que nous pratiquons tous). Les travaux de ce séminaire (liste des textes complémentaires consultés pour éclairer la traduction, débat sur les traductions alternatives, enregistrement des discussions, etc.) sont mis à disposition du public intéressé sur un site ad hoc. Le travail de traduction peut ainsi quitter les coulisses de la science pour devenir une activité de recherche au plein sens du terme. Ce couplage édition papier/appareil de notes numérique, offre à la maison d’édition une position originale et centrale dans ce nouvel espace de publication en gestation, puisqu’il s’agit ici d’utiliser les ressources numériques pour valoriser les livres-papiers que les lecteurs n’ont visiblement pas envie d’abandonner.

 

L’élaboration des traductions est facilitée aujourd’hui par l’accès aux données numériques et l’usage de moteurs de recherche. Mais plus radicalement, il est possible d’envisager ainsi des transformations dans la conception même des traductions/publications en articulant d’un côté traduction professionnelle et la recherche scientifique, et de l’autre édition papier classique et édition numérique. Et faire ainsi en sorte de

Sortir la traduction des coulisses de la science et en faire un objet de débat

 

Traduction de Enquête sur un aventurier de l’esprit. Le véritable Alfred Russell Wallace – Bibliographies

Dans cette rubrique BIBLIOGRAPHIES, vous trouverez la liste des sites et des ouvrages consultés, à partir desquels ces choix de traductions ont été tranchés. Dans ce cas précis, le site de Charles Smith l’auteur du texte original, doit être spécialement mentionné. Dans cette rubrique figurent également des ouvrages de l’environnement intellectuel de A. Wallace et de l’auteur, esquissant ainsi l’espace de débat dans lequel leurs écrits s’inscrivent.

Dictionnaire du Darwinisme et de l’Evolution, Patrick TORT (dir.), PUF.

Sciences de la Terre et de l’Univers, Jean-Yves DANIEL (dir.), Vuibert.

et, bien sûr :

La Sélection naturelle, A.R. WALLACE, traduction L. de Candolle, Elibron Classics.

(texte intégral original disponible ici http://www.gutenberg.org/files/22428/22428-h/22428-h.htm)

Les sites Internet consultés sont bien trop nombreux pour être cités de manière exhaustive.

Cependant, je citerai, bien sûr, le site Internet de Charles Smith, où l’on retrouve tous les écrits de Wallace, abondamment consulté :

http://people.wku.edu/charles.smith/wallace/writings.htm

Voici par ailleurs la liste des sites que j’ai ajoutés à mes signets au cours de mes recherches, c’est-à-dire qu’ils m’ont paru apporter une réponse particulièrement satisfaisante à une interrogation suscitée par un problème de traduction :

Sites généraux sur l’évolution

http://www.cnrs.fr/cw/dossiers/dosevol/decouv/normal/normal.html

http://www.aboutdarwin.com/literature/Pre_Dar.html

http://abyss.uoregon.edu/~js/21st_century_science/lectures/lec09.html

(Glossaire) http://acces.ens-lyon.fr/biotic//evolut/parente/html/glossair.htm

Sur Robert Owen

http://www.laviedesidees.fr/Robert-Owen-pere-du-socialisme.html

Sur l’uniformitarisme

http://www.universalis.fr/encyclopedie/uniformitarisme/3-la-methode-uniformitariste/

Sur la paléontologie

http://svt.ac-montpellier.fr/spip/spip.php?article200

Sur la théorie des systèmes / Les processus de rétroaction

(Glossaire) http://pespmc1.vub.ac.be/ASC/INDEXASC.html#F
https://books.google.fr/books?id=kaWfXWehePoC&pg=PA228&lpg=PA228&dq=%22Magoroh+Maruyama%22&source=bl&ots=2FRvYhiGoN&sig=cRVCql5H23Rjd9CCol8vKRaS0ZI&hl=fr&sa=X&ei=dxwuUfL8NsyQswbPmoGgAQ&ved=0CFIQ6AEwCTgK#v=onepage&q=%22Magoroh%20Maruyama%22&f=false

http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/rfsoc_0035-2969_1970_hos_11_1_1603?_Prescripts_Search_tabs1=standard&

http://www.icra-edu.org/objects/francolearn/Penssyscon.pdf

http://gdlyon.pagesperso-orange.fr/070TheoSystem.pdf

http://basepub.dauphine.fr/bitstream/handle/123456789/4670/CR282.pdf

http://fr.wikipedia.org/wiki/Discussion:Homéostasie

Sur le spiritualisme

http://spirite.free.fr/lyon.htm

« Textes parallèles » consultés pour la traduction de certains termes spécifiques :


« Adaptive suites »

https://books.google.fr/books?id=NCpkrNG6xFkC&pg=PA36&lpg=PA36&dq=%22adaptive+suites%22&source=bl&ots=zYz3Iux8UT&sig=n_qtuSC87z-5kUk87LVHVqps8vw&hl=fr&sa=X&ei=DRPmUMi3GoyxhAfN74CQBQ&ved=0CDMQ6AEwAA#v=onepage&q=%22adaptive%20suites%22&f=false

« Species range » / « Aire de répartition des espèces »

http://www.tela-botanica.org/actu/article723.html

« Single variation »

http://www.nhm.ac.uk/nature-online/collections-at-the-museum/wallace-collection/item.jsp?itemID=146

http://tel.archives-ouvertes.fr/docs/00/32/58/93/PDF/These-V1.pdf

https://books.google.fr/books?id=efSxCl9NA50C&pg=PA99&lpg=PA99&dq=%22natural+selection%22+%22single+variations%22&source=bl&ots=1Sz1yYIHDp&sig=XaaYRqj3pvCuZtsPE_Mh1MdOUU8&hl=fr&sa=X&ei=2XgJUbmxN5Go0AXd_4HgDQ&ved=0CEYQ6AEwAzgK#v=onepage&q=%22natural%20selection%22%20%22single%20variations%22&f=false (traduction d’un ouvrage de J. Gayon !)

Caractère spécifique VS. caractère individuel

http://carnets2psycho.net/theorie/classique94.html

« Faunal realms » et « Wallace line »

https://books.google.fr/books?id=E3VPjwCcPmYC&pg=PA197&lpg=PA197&dq=faunal+realms+approach&source=bl&ots=jAdqTHBix8&sig=JkTkCrj76lQJCKhRan9o6XnBEL0&hl=fr&sa=X&ei=A88TUfOVK4jT0QWV_4D4BA&ved=0CFYQ6AEwBQ#v=onepage&q=faunal%20realms%20approach&f=false

« Bilan hydrique »

http://www.ecosociosystemes.fr/bilan_hydrique_hydrologique.html

Traduction de Traduction de Enquête sur un aventurier de l’esprit. Le véritable Alfred Russell Wallace – Glossaire

Voici la liste des correspondances entre les termes anglais et français sur lesquelles le traducteur souhaite attirer l’attention.

change / progress / evolution : tension entre « changement », « progrès », « progression », « évolution », voire « révolution » (géologique)

design : sens plus ou moins restreint, « dessein » ou « design » rarement satisfaisant, souvent traduit par « principe », « projet ». A. Bejan, cité par Charles Smith, l’utilise également dans un sens pour le moins différent, traduction par « configuration », « architecture » (des formes de la nature).

biological / organic : « biologique » et « organique » rarement satisfaisants. « Du vivant », « organique », « du monde vivant / organique » ou omission souvent préférés. Parfois référence encore plus spécifique : « morphologique », « phénotypique »…

characteristic : tension entre « caractères » et « caractéristiques ».

systematic (adjectif) : « taxonomique » parfois préféré à « systématique ».

record : rock record / geological record è registre géologique ; geological-geographical record è archives paléontologiques et paléogéographiques

« couches stratigraphiques » employé pour traduire diverses locutions : « strata », « (geological) series of rocks », « geological units ».

adaptive suite série de caractères adaptatifs
Bauplanthe Bauplan-like geographical and cosmological views of Humboldt plan d’organisationla vision globale et organisée de la géographie et du cosmos que défend Humboldt
faunal realm/kingdom/empires régions faunistiques
incipient character caractère naissant/embryonnaire / embryon de caractère
range aire de répartition
single variation variation « anormale » / « atypique » / « monstrueuse »
final causefinal causesfirst cause(s)remote causeefficient cause

ultimate cause

proximate causecause finalecauses finales / finalismecause(s) première(s)cause éloignéecause efficiente

cause distale / éloignée / « suprême »

cause proximale(positive/negative) feedbackrétroaction/feedback positive/f / négative/fsuccession of species in timesuccession of fossil remains throughout the whole geological series of rockssuccession chronologique des espècessuccession des fossiles dans les séries stratigraphiques

 

Tableau Excel récapitulatif : Terminology Wallace2

Traduction de Enquête sur un aventurier de l’esprit. Le véritable Alfred Russell Wallace – Ressources documentaires

Note attachée aux pages 240-241.

La surface mathématique qui représente le mieux la Terre est un ellipsoïde. Dès le XVIIème siècle de nombreux travaux ont montré que cette surface est beaucoup plus proche de la réalité que la sphère. Mais, rigoureusement, cette représentation n’est valable que si on traite l’altitude d’un point séparément de ses autres dimensions ; un point de l’espace est alors référencé par ses coordonnées géographiques (longitude, latitude et hauteur) et son altitude. Néanmoins, les calculs relatifs aux coordonnées géographiques restent encore assez complexes. On utilise en fait le plus souvent un ellipsoïde de révolution.

 Latitude_Image

Une coupe de la Terre, ainsi schématisée, a alors la forme d’une ellipse. La longueur d’un degré de latitude varie avec la latitude. Ainsi, pour un ellipsoïde aplati aux pôles (cas de la figure), la longueur du degré diminue des pôles vers l’équateur. Pour un tel ellipsoïde, la sphère tangente au pôle possède un plus grand rayon (r = r1) que la sphère tangente à l’équateur (r = r2). Par conséquent, un angle α sous-tend un arc de méridien ℓ = α r plus grand au pôle qu’à l’équateur : ℓ1 > ℓ2.

L’astronome français, Jacques Cassini (1677 –1756) prend position au début du XVIIIème siècle contre cet « aplatissement »  de la Terre aux pôles en soutenant, à partir de ses mesures et calculs, que ℓ1 < ℓ2, et ce, en contradiction avec les travaux théoriques de Huyghens et de Newton, qui démontraient au contraire que la Terre, du fait de sa rotation, devait être un ellipsoïde aplati aux pôles, et non pas allongé. Cette thèse de Cassini fut le point de départ d’une controverse scientifique qui allait durer quinze ans. Le débat fut finalement tranché en 1737 (expédition en Laponie que dirige Maupertuis) par l’expérience en faveur d’un sphéroïde, c’est-à-dire d’un ellipsoïde de révolution aplati aux pôles.