A. Subhani. Quid de la finance islamique ?

Dr Azzemuddin Subhani est sharia scholar, praticien, et professeur de finance islamique. Il est titulaire d’un MBA de comptabilité conventionnelle (IBA de Karachi), d’un autre MBA et d’un cursus doctoral en finance conventionnelle (université de Californie Sud), et un MA et un PhD en droit islamique et en finance islamique (Institut d’Etudes islamiques de l’université Mc Gill). Sa thèse PhD sur la loi divine du riba et du bay’ est considérée comme un travail séminal en droit islamique en ce qu’elle propose une interprétation pionnière de l’injonction divine.

Dr Azzemuddin Subhani est actuellement professeur de Finance islamique et directeur du Département Finance de l’Université des Sciences et des Techniques de l’Université d’Ajman (Emirats Arabes Unis).

Le texte dont nous proposons ici la traduction réalisée par Michèle Leclerc-Olive, a été publié dans la revue New Horizon, n° 178 (janvier-mars 2011) de l’Institute of Inslamic Banking and Insurance. http://www.islamic-banking.com/resources/7/NewHorizon%20Previouse%20Issues/NewHorizon_Issue178.pdf Continuer la lecture de « A. Subhani. Quid de la finance islamique ? »

Traduction de Enquête sur un aventurier de l’esprit. Le véritable Alfred Russell Wallace – Bibliographies

Dans cette rubrique BIBLIOGRAPHIES, vous trouverez la liste des sites et des ouvrages consultés, à partir desquels ces choix de traductions ont été tranchés. Dans ce cas précis, le site de Charles Smith l’auteur du texte original, doit être spécialement mentionné. Dans cette rubrique figurent également des ouvrages de l’environnement intellectuel de A. Wallace et de l’auteur, esquissant ainsi l’espace de débat dans lequel leurs écrits s’inscrivent. Continuer la lecture de « Traduction de Enquête sur un aventurier de l’esprit. Le véritable Alfred Russell Wallace – Bibliographies »

Traduction de Enquête sur un aventurier de l’esprit. Le véritable Alfred Russell Wallace – Ressources documentaires

Note attachée aux pages 240-241.

La surface mathématique qui représente le mieux la Terre est un ellipsoïde. Dès le XVIIème siècle de nombreux travaux ont montré que cette surface est beaucoup plus proche de la réalité que la sphère. Mais, rigoureusement, cette représentation n’est valable que si on traite l’altitude d’un point séparément de ses autres dimensions ; un point de l’espace est alors référencé par ses coordonnées géographiques (longitude, latitude et hauteur) et son altitude. Néanmoins, les calculs relatifs aux coordonnées géographiques restent encore assez complexes. On utilise en fait le plus souvent un ellipsoïde de révolution.

 Latitude_ImageUne coupe de la Terre, ainsi schématisée, a alors la forme d’une ellipse. La longueur d’un degré de latitude varie avec la latitude. Ainsi, pour un ellipsoïde aplati aux pôles (cas de la figure), la longueur du degré diminue des pôles vers l’équateur. Pour un tel ellipsoïde, la sphère tangente au pôle possède un plus grand rayon (r = r1) que la sphère tangente à l’équateur (r = r2). Par conséquent, un angle α sous-tend un arc de méridien ℓ = α r plus grand au pôle qu’à l’équateur : ℓ1 > ℓ2. Continuer la lecture de « Traduction de Enquête sur un aventurier de l’esprit. Le véritable Alfred Russell Wallace – Ressources documentaires »