ARTESS et la traduction

ARTESS et la traduction

Pour nous, la traduction est affaire de dialogue. Dialogue interrompu, souvent confidentiel, silencieux. Avant la publication : entre le traducteur et l’auteur, entre le traducteur et d’autres lecteurs du texte ou de l’œuvre dans la langue d’origine ; ensuite, après publication, entre le lecteur, l’auteur et le traducteur.

Il nous semble que ces dialogues souffrent de ne pouvoir être prolongés, repris, approfondis, partagés, une fois le livre publié. Autrefois cantonnés dans la sphère privée du traducteur puis dans celle de petits groupes de lecteurs – ces deux sphères étant en général étanches –, ces dialogues, souvent passionnants, peuvent aujourd’hui sortir de cet isolement imposé jadis par les conditions matérielles de publication, au point d’en avoir été « naturalisé ». Continuer la lecture de « ARTESS et la traduction »

Que fait ARTESS ?

Les activités d’ARTESS, dont les Cahiers sont l’expression, sont de plusieurs ordres :
a) traduire des textes de sciences sociales (des textes qui nous semblent essentiels au débat scientifique et qui mettent en lumière les enjeux de la traduction),
b) proposer des analyses de ce qui nous apparaît constituer les questions majeures, voire les apories, que doit affronter le traducteur en sciences sociales,
c) contribuer à une approche praxéologique de la traduction.
La traduction en sciences sociales est interrogée « de l’intérieur » à partir d’une longue pratique de la traduction qui constitue le cœur de l’activité de l’atelier et « sur ses confins » en la confrontant notamment à la traduction littéraire et à la communication scientifique.
Continuer la lecture de « Que fait ARTESS ? »

Les activités d’Artess

Les activités d’ARTESS, dont les Cahiers sont l’expression, sont de plusieurs ordres :
a) traduire des textes de sciences sociales (des textes qui nous semblent essentiels au débat scientifique et qui mettent en lumière les enjeux de la traduction),
b) proposer des analyses de ce qui nous apparaît constituer les questions majeures, voire les apories, que doit affronter le traducteur en sciences sociales,
c) contribuer à une approche praxéologique de la traduction.

La traduction en sciences sociales est interrogée « de l’intérieur » à partir d’une longue pratique de la traduction qui constitue le cœur de l’activité de l’atelier et « sur ses confins » en la confrontant notamment à la traduction littéraire et à la communication scientifique.
Continuer la lecture de « Les activités d’Artess »