Archives de catégorie : Non classé

ARTESS et la traduction

ARTESS et la traduction

Pour nous, la traduction est affaire de dialogue. Dialogue interrompu, souvent confidentiel, silencieux. Avant la publication : entre le traducteur et l’auteur, entre le traducteur et d’autres lecteurs du texte ou de l’œuvre dans la langue d’origine ; ensuite, après publication, entre le lecteur, l’auteur et le traducteur.

Il nous semble que ces dialogues souffrent de ne pouvoir être prolongés, repris, approfondis, partagés, une fois le livre publié. Autrefois cantonnés dans la sphère privée du traducteur puis dans celle de petits groupes de lecteurs – ces deux sphères étant en général étanches –, ces dialogues, souvent passionnants, peuvent aujourd’hui sortir de cet isolement imposé jadis par les conditions matérielles de publication, au point d’en avoir été « naturalisé ».

Les ressources numériques nous permettent aujourd’hui d’étendre ces réseaux d’amitié et de débat, de réunir les deux sphères. Nous avons tous à y gagner, tant pour la production des traductions (pour la traduction que vous avez lue ou que vous êtes en train de lire, ce dispositif est encore embryonnaire), que pour la communauté des lecteurs et le réseau d’amitiés qui se tissent autour d’un auteur ou d’un savant disparu. Et bien évidemment la « science », le « savoir », pourraient s’en trouver métamorphosés : d’avoir été confinés dans les alcôves académiques, ils gagneraient  peut-être à retrouver l’air libre et à être mis à l’épreuve des lecteurs.

Traduire des textes scientifiques écrits dans la langue courante, notamment les textes de sciences sociales, requiert l’articulation de deux compétences rarement réunies chez une seule personne : être bon  traducteur de la langue X vers la langue Y d’une part ET d’autre part, être familier du  domaine des sciences auquel appartient le texte.

Il n’est pas rare que des dilemmes doivent être tranchés sans que la décision prise emporte l’adhésion de tous (par exemple, il n’y a pas de traduction satisfaisante en anglais de la notion de collectivités territoriales, telles qu’elles fonctionnent en France) .

Il ne peut y avoir de traducteur omniscient, au fait des controverses conceptuelles de chaque domaine spécialisé. On pourrait espérer s’affilier un traducteur fidèle, formé aux spécificités disciplinaires, mais, dans le meilleur des cas, ce dispositif ne règlera que les cas où il existe un équivalent parfaitement satisfaisant dans la langue d’arrivée.

Cette compétence idéale ne dissout pas le problème lorsque la langue d’arrivée ne dispose pas de tels équivalents.

Il est peut-être plus raisonnable (et plus satisfaisant pour le traducteur, l’auteur du texte traduit et l’éditeur) d’adopter un principe de traduction collaborative,  « dialogique« , qui consiste à traduire à plusieurs, chacun étant chargé d’une vigilance particulière – a minima, une vigilance linguistique et une vigilance disciplinaire qui ne peuvent véritablement débattre entre elles que si elles sont incarnées par des personnes différentes.

Bien évidemment, pour ce faire, il faudrait multiplier les budgets déjà insuffisants, ce qui n’est guère envisageable. On peut aujourd’hui pallier à cette impécuniosité : selon nous, le travail du traducteur professionnel peut intégrer des temps d’échange avec un ou plusieurs spécialistes du domaine concerné. Il accepte, au moment qui convient, de les rencontrer dans le cadre d’un séminaire au cours duquel sont discutés les problèmes de traduction rencontrés (ce travail collectif remplace avantageusement le temps de correction a posteriori, souvent fastidieux, que nous pratiquons tous). Les travaux de ce séminaire (liste des textes complémentaires consultés pour éclairer la traduction, débat sur les traductions alternatives, enregistrement des discussions, etc.) sont mis à disposition du public intéressé sur un site ad hoc. Le travail de traduction peut ainsi quitter les coulisses de la science pour devenir une activité de recherche au plein sens du terme. Ce couplage édition papier/appareil de notes numérique, offre à la maison d’édition une position originale et centrale dans ce nouvel espace de publication en gestation, puisqu’il s’agit ici d’utiliser les ressources numériques pour valoriser les livres-papiers que les lecteurs n’ont visiblement pas envie d’abandonner.

L’élaboration des traductions est facilitée aujourd’hui par l’accès aux données numériques et l’usage de moteurs de recherche. Mais plus radicalement, il est possible d’envisager ainsi des transformations dans la conception même des traductions/publications en articulant d’un côté traduction professionnelle et la recherche scientifique, et de l’autre édition papier classique et édition numérique. Et faire ainsi en sorte de

Sortir la traduction des coulisses de la science et en faire un objet de débat

 

 

Traduction de Enquête sur un aventurier de l’esprit. Le véritable Alfred Russell Wallace – Ressources documentaires

Note attachée aux pages 240-241.

La surface mathématique qui représente le mieux la Terre est un ellipsoïde. Dès le XVIIème siècle de nombreux travaux ont montré que cette surface est beaucoup plus proche de la réalité que la sphère. Mais, rigoureusement, cette représentation n’est valable que si on traite l’altitude d’un point séparément de ses autres dimensions ; un point de l’espace est alors référencé par ses coordonnées géographiques (longitude, latitude et hauteur) et son altitude. Néanmoins, les calculs relatifs aux coordonnées géographiques restent encore assez complexes. On utilise en fait le plus souvent un ellipsoïde de révolution.

 Latitude_Image

Une coupe de la Terre, ainsi schématisée, a alors la forme d’une ellipse. La longueur d’un degré de latitude varie avec la latitude. Ainsi, pour un ellipsoïde aplati aux pôles (cas de la figure), la longueur du degré diminue des pôles vers l’équateur. Pour un tel ellipsoïde, la sphère tangente au pôle possède un plus grand rayon (r = r1) que la sphère tangente à l’équateur (r = r2). Par conséquent, un angle α sous-tend un arc de méridien ℓ = α r plus grand au pôle qu’à l’équateur : ℓ1 > ℓ2.

L’astronome français, Jacques Cassini (1677 –1756) prend position au début du XVIIIème siècle contre cet « aplatissement »  de la Terre aux pôles en soutenant, à partir de ses mesures et calculs, que ℓ1 < ℓ2, et ce, en contradiction avec les travaux théoriques de Huyghens et de Newton, qui démontraient au contraire que la Terre, du fait de sa rotation, devait être un ellipsoïde aplati aux pôles, et non pas allongé. Cette thèse de Cassini fut le point de départ d’une controverse scientifique qui allait durer quinze ans. Le débat fut finalement tranché en 1737 (expédition en Laponie que dirige Maupertuis) par l’expérience en faveur d’un sphéroïde, c’est-à-dire d’un ellipsoïde de révolution aplati aux pôles.

Traduire Temps et récit de Paul Ricœur

Les communications présentées lors de la journée d’étude, Temps et Récit de Paul Ricœur au miroir de ses traductions, qui s’est tenue le 25 juin 2012, vont être rassemblées dans un ouvrage à paraître prochainement.

L’ouvrage comporte deux parties. La première aborde les théories de la traduction, et notamment les thèses de Paul Ricœur lui-même. La seconde est centrée sur les traductions de Temps et Récit, et plus spécialement sur les traductions du chapitre consacré à la Poétique d’Aristote, qui constituèrent l’objet même de la journée d’étude.