Archives de catégorie : Journées d’étude

Les notions de société civile. Usages et traductions

 

Journée d’étude internationale 29 novembre 2013

 CONTACT : Michèle Leclerc-Olive mleclerc@ehess.fr

 ARGUMENTAIRE

Au lendemain de la chute du mur de Berlin, Charles Taylor écrivait[1] que le concept de société civile ne pouvait pas être exporté sans précaution en dehors de l’espace culturel européen et occidental. Aujourd’hui, vingt ans plus tard, force est de constater que cette notion est traduite et utilisée dans un très grand nombre de pays, de sociétés et de langues. Continuer la lecture de Les notions de société civile. Usages et traductions

Les notions de société civile – PROGRAMME

PROGRAMME

29 novembre 2013

salle du Conseil A, R-1, bât. Le France, 190 avenue de France 75013 Paris

 

9h – 9h30 M. Leclerc-Olive (ARTESS – RIAE – IRIS ) Les enjeux d’une enquête

Première session  9h30 – 10h 45 Au sein des agences de coopération

Claire Visier (Marie Curie Fellow, Université de Bilgi, Istanbul)

« Société civile » : Généalogie d’une catégorie européenne Continuer la lecture de Les notions de société civile – PROGRAMME

Temps et Récit de Paul Ricœur au miroir de ses traductions

Journée d’étude organisée en partenariat avec le Fonds Ricoeur, Faculté de théologie protestante, le 25 juin 2012

L’œuvre de Paul Ricœur a été traduite dans de nombreuses langues. Il nous a semblé intéressant de rassembler quelques traductions et de leur confier le soin de nous dire l’immense richesse de cette œuvre.  Nous voudrions entendre ce que les potentialités des langues de traduction nous révèlent  d’un texte, dont certains trésors peuvent être discrètement gardés sous l’épaisseur de la familiarité de la langue partagée.

L’exercice exploratoire que nous proposons, rapidement ébauché déjà dans le cadre du séminaire d’ARTESS pour quelques langues européennes, se limitera à l’étude d’un chapitre de Temps et Récit : le chapitre 2 du tome I.

A – Le choix de ce texte n’est cependant ni le résultat d’un choix au hasard, au titre d’un premier exercice ou d’une représentativité. Ce chapitre est déjà lui-même un texte plurilingue. Il s’articule en effet autour d’une présentation de La Poétique d’Aristote et P. Ricœur emprunte à plusieurs traductions dont il commente les écarts, afin d’en dégager l’armature du texte aristotélicien qu’il retiendra. Il convient de noter que le tome I de Temps et Récit  a été écrit peu de temps après la publication d’une nouvelle traduction de La Poétique en français par Roselyne Dupont-Roc et Jean Lallot (1980) et la réflexion de P. Ricœur est traversée par les argumentations qui ont conduit aux choix terminologiques de cette nouvelle édition.

Quelles sont les traces de cet événement – la retraduction de La Poétique – dans les traductions de Temps et Récit ? En quoi et comment la (ou les) traduction de La Poétique déjà disponible dans la langue d’arrivée, a affecté la traduction et la réception de la réflexion de Ricœur sur les changements introduits par Dupont-Roc et Lallot ?

Comment les traducteurs ont-ils travaillé ? Le lecteur français peut facilement consulter cette traduction, la comparer avec d’autres également disponibles, et ainsi percevoir le travail de la pensée de Paul Ricœur, la circulation entre des termes voisins mais non identiques (imitation et représentation, par exemple). Transmettre cette réflexion doit sans doute tenir compte des choix de traduction de La Poétique disponibles dans l’espace éditorial de la langue d’arrivée. Quel est le corpus disponible que le lecteur de P. Ricœur est supposé connaître ? En espagnol,  par exemple, muthos peut-être traduit par fabula dans la traduction de La Poétique, mais il est traduit par trama dans celle de Temps et Récit. Mais on trouve également intrigue, mythe, histoire… Quels sont les effets de ces écarts sur la réception de Temps et Récit  ?

 

B – Par ailleurs, en-deçà des concepts thématiques sur lesquels se concentre la pensée de l’auteur (mimésis et muthos principalement), un réseau de concepts de second rang relevant du champ de l’incertitude et du temps est utilisé pour les expliciter : persuasif, vraisemblance, fait, récit, dénouement, épisode, agencement, probabilité, etc. soutiennent le raisonnement de P. Ricœur et préparent la lecture du reste de l’ouvrage.

Comment ces concepts opératoires ont-ils été traduits ? Les ressources et les usages de chaque langue sont différents, les choix du traducteur contraints par celle-ci. En allemand, anglais et français, les usages des notions de probabilité et de vraisemblance par exemple, ne semblent pas identiques (probable se dit wahrscheinlich en allemand, tout comme vraisemblable). La compréhension des enjeux de la nouvelle traduction de La Poétique (et partant de la réflexion de P. Ricœur) s’en trouve-t-elle affectée ? Que fait-on, en anglais, en arabe, en allemand et en espagnol du terme « persuasif » qui remplace « croyable » dans les premières traductions d’Aristote en français ?

Peut-on considérer que la nouvelle traduction de La Poétique par Dupont-Roc et Lallot, tout en jouant un rôle central dans l’exposé de la problématique de P. Ricœur, a en même temps parfois rendu plus obscures les traductions  de Temps et Récit ? Comment la « traçabilité » des concepts s’en trouve altérée voire suspendue ? Il nous semble que la mise au jour de ces opacités et de ces différences d’une traduction à l’autre, pourrait apporter un éclairage original au texte de Paul Ricœur.

Par ailleurs, à rapporter ainsi le texte de Ricœur presque exclusivement à La Poétique et aux variations thématiques suggérées par cette nouvelle traduction, il se peut que l’on manque  d’autres sources aristotéliciennes dont la convocation permettrait peut-être de soustraire les traductions de Temps et Récit à  cet écueil.

 

C – Faisant fond sur ces analyses comparatives, au plus près de la lettre des traductions du corpus, on pourra se demander comment les choix des traducteurs et les contraintes de la langue d’arrivée ont contribué à faire émerger des significations du texte ricœurien jusque là enfouies sous l’évidence de la langue. Comment ces choix ont-ils, à leur tour, orienté la réception de l’œuvre dans le champ intellectuel où elle s’est ainsi introduite ?

Cette journée d’étude présente un caractère relativement expérimental, en ce que nous avons choisi de travailler sur plusieurs traductions en même temps. Il nous semble que cet examen comparatif (contrastif ?), non seulement avec l’original, mais aussi et surtout entre elles, est de nature à faire émerger des potentialités du texte ricœurien, voire même peut-être de renouveler les questions qui sont adressées tant à La Poétique qu’à Temps et Récit. Nous tenterons, dans un mouvement réflexif sur ce qui aura été entrepris, d’examiner si cet exercice met au jour des exigences inaperçues pour toute traduction soucieuse de « traçabilité », et s’il conduit à reprendre à nouveaux frais les proximités et différences entre une lecture herméneutique et une lecture « en vue » d’une traduction.

 

Cette rencontre, à l’image de l’intrication des textes et des langues déjà présente dans le texte de P. Ricœur, est conçue comme un moment de travail partagé, et non comme un colloque où se juxtaposeraient des communications abouties et closes sur elles-mêmes.

Le lecteur inscrit dans le texte de Ricœur est un lecteur qui est invité à circuler entre les œuvres convoquées et leurs différentes traductions (de là notre attention à la traçabilité des concepts) dont la diversité est avant tout accueillie comme une ressource pour la pensée avant d’être un indice d’erreur à corriger.

Programme de la journée

Contacts : Catherine Goldenstein (comed.pr@club-internet.fr) et Michèle Leclerc (mleclerc@ehess.fr)

Les Cahiers d’ARTESS

Les activités d’ARTESS, dont les Cahiers sont l’expression, sont de plusieurs ordres :
a) traduire des textes de sciences sociales (des textes qui nous semblent essentiels au débat scientifique et qui mettent en lumière les enjeux de la traduction),
b) proposer des analyses de ce qui nous apparaît constituer les questions majeures, voire les apories, que doit affronter le traducteur en sciences sociales,
c) contribuer à une approche praxéologique de la traduction.
La traduction en sciences sociales est interrogée « de l’intérieur » à partir d’une longue pratique de la traduction qui constitue le cœur de l’activité de l’atelier et « sur ses confins » en la confrontant notamment à la traduction littéraire et à la communication scientifique.

I – Traduire les sciences sociales

Les textes de sciences sociales ne sont ni langage formel, ni littérature.
D’un côté, dans les sciences de la nature et dans les disciplines formelles, la traduction des concepts définis de manière monosémique est réputée ne poser aucun problème ; de l’autre un écrit littéraire embraye sur un texte littéraire : s’y croisent style de l’auteur et style du traducteur. Les sciences humaines et sociales sont à la fois ancrées dans le langage commun de leur époque et de leur univers culturel, mais elles ont aussi la prétention d’utiliser et de créer des quasi-concepts (« quasi » en ce qu’ils n’ont pas de définition univoque, ni stable dans le temps, ni transversale aux divers espaces culturels ; ce sont des concepts « locaux »). Leur traduction n’a donc ni la liberté partielle de la traduction littéraire ni le caractère presque mécanique qui peut s’appuyer sur l’établissement d’un glossaire dans les sciences de la nature et les disciplines formelles.
Les concepts thématiques d’un auteur valent autant pour leur contenu que pour leurs écarts marqués par rapport aux usages antérieurs et aux notions voisines : ils investissent un espace de débat dont le contexte peut être inféré à partir des concepts opératoires et de la langue courante, de l’époque et du lieu. Traduire un concept thématique s’opère au cœur d’un dépaysement complexe produit par un triple déplacement :
– du parcours sémantique du concept « source » au parcours sémantique de son « tenant-lieu » dans la langue « cible »,
– du contexte de débat de ce concept « source » à celui de son « tenant-lieu »,
– d’une langue courante à une autre.
.
Ce triple dépaysement rend la possibilité d’une simple équivalence biunivoque entre deux concepts hautement improbable : traduire consisterait au fond à opérer un arbitrage où les réductions des écarts peuvent se contrarier. Les choix du traducteur forcent des rapprochements inédits, rompent des affinités établies ou tissent de nouveaux liens. Surtout :
La traduction porte une responsabilité épistémologique et scientifique qui interdit de confiner cette activité dans les arrières boutiques de la science

II – L’atelier : la traduction comme délibération

Notre réponse pragmatique aux problèmes spécifiques posés par la traduction en sciences sociales consiste à traduire « à deux » voix (voire à plusieurs) : chaque traducteur étant investi d’un rôle et d’une responsabilité particulière, attachés à ses compétences spécifiques. Notre méthodologie consiste à soumettre les textes à une approche d’un spécialiste de la langue et d’un spécialiste de la discipline ou des disciplines sur lesquelles portent les textes. Il s’agit ainsi d’une traduction « dialogique » où la version proposée exige la convergence de ces deux vigilances, linguistique et scientifique.
Par ailleurs, cette pratique de traduction « pluricéphale » peut s’appuyer aujourd’hui sur un vaste ensemble de ressources numériques et d’outils de recherche qui permettent d’enrichir notre connaissance de l’espace de débat dans lequel le texte à traduire s’inscrit.

III – Programme de recherche : pour une praxéologie de la traduction

A – La traduction en Sciences sociales dans son contexte

Il est des périodes de traduction intense (on peut penser à celles inaugurées par la Révolution française ou par la perestroïka en Russie). Mais il convient de s’interroger : Qui décide de traduire quoi ? Comment les débats scientifiques d’un contexte national pèsent sur ces décisions ? Les stratégies éditoriales, qui s’expriment notamment par la détermination des titres et la configuration de recueils de textes, voire les politiques culturelles internationales des États, renforcent ou contrecarrent les projets proprement scientifiques, par les effets de sens que ces décisions induisent. On cherche ainsi à retracer les parcours internationaux d’auteurs, d’œuvres ou de thèmes pour en analyser la réception, en fonction des choix de textes portés à la traduction et des politiques éditoriales.

Des termes comme « nation » ou « société civile » justifient une telle enquête. Un colloque international en 2012 rassemblera ainsi des recherches portant sur les usages et traductions de la notion de société civile en dehors du monde occidental.

B – Que fait le traducteur ? La traduction à l’épreuve de ses confins.

Le champ de la traduction semble aujourd’hui se diluer doublement. Une première fois au niveau de son objet : la traduction, loin d’établir des correspondances univoques, des connections entre des éléments de deux systèmes linguistiques pensés comme des totalités stables, infiltre les langues, crée des concepts inédits, participe aux variations du « rhizome des imaginaires ». Une seconde fois au niveau de son modus operandi : « tout acte de langage est une traduction », écrit G. Steiner. Ces points de vue concernent avant tout la traduction que nous avons appelée « littéraire ». Mais ils trouvent un écho au sein des sciences sociales, notamment dans certains courants de sociologie des sciences où la « traduction » a acquis le statut d’opération fondamentale de l’activité scientifique.
Une enquête portant sur les opérations propres aux sciences sociales doit permettre de mettre à l’épreuve ces thèses qui portent pour l’essentiel sur les sciences de la nature. La sociologie, par exemple, recourt à des témoignages oraux qu’elle entreprend ensuite de fixer dans des matériaux écrits par divers procédés. À quels titres peut-on (ou non) considérer ces opérations comme des « traductions » ?
Plus généralement, quel peut être l’apport spécifique d’une telle analyse réflexive de la traduction en sciences sociales à une philosophie de la traduction? C’est en mettant en tension le « traduire » avec d’autres verbes comme « comprendre », « transmettre », « interpréter » ou « communiquer », à partir de leurs modes opératoires, que l’on peut espérer apporter des éléments de réponse à cette double dilution épistémologique.

Plus largement, il convient de plonger la question de la traduction, dans l’ensemble plus vaste des questions qui portent sur la « communication scientifique ».
L’expression « communication scientifique » est ambiguë : elle désigne notamment la communication des scientifiques entre eux, que la communication de leurs travaux à ceux qu’ils peuvent concerner directement (les utilisateurs), ou indirectement (le grand public). Ces différents aspects sont le plus souvent traités séparément, prenant légitimement en compte le rôle des destinataires dans la formation d’un message. Néanmoins nos recherches se donnent comme objectif de contribuer à la réflexion sur ces divers axes à partir d’un questionnaire commun : comment procède-t-on pour réduire, l’écart, la distance entre des expériences séparées par :
le temps (restituer la manière de voir avant une découverte ou une invention devenues sens commun),
le niveau de connaissance d’un système symbolique (vulgarisation),
le cloisonnement entre les disciplines propres à notre époque (notamment entre les sciences de la nature et les sciences humaines, entre langues naturelles et systèmes formels),
la pluralité des langues naturelles (toutes les questions liées aux pratiques de traduction).